Le travail et les salaires en Australie

7

Puisqu’on est désormais expatriés en Australie, cela faisait un moment que je voulais vous parler du travail, ici, Downunder. Vous vous demandez probablement comment ça se passe, si c’est si différent de la France ou quels sont les salaires. Et bien ça tombe bien, aujourd’hui j’ai envie de répondre à toutes vos questions imaginaires, sur la base de nos deux expériences !

Salaire et contrat

Le salaire minimum actuel en Australie est de 16,37 dollars de l’heure ou 622,20 dollars la semaine à temps plein. Ce taux est établi par Fair Work Australia, qui dépend du gouvernement. Un peu à la manière de notre SMIC français. Normalement (il y a quelques exceptions), personne ne doit gagner moins.

Pour un travail peu qualifié, tel qu’assistant, réceptionniste ou autre, on peut compter autour de 25 dollars de l’heure. C’est d’ailleurs ce que je gagne. Du coup, en étant « quality control officer » 24 heures par semaine en moyenne, je gagne personnellement autant qu’en faisant 35/38 h en tant que journaliste à Paris. Et oui.

Quant à un ingénieur (suivez mon regard), il faut plutôt compter minimum 50 dollars de l’heure. Quand on a un travail plus recherché, plus bankable comme Pierre par exemple, on peut gagner bien plus. Aujourd’hui, il gagne « peu » par rapport à ce qu’il est possible de gagner dans sa branche à Melbourne. Quand on sera résident permanent, il sera libre d’accepter toutes les propositions du monde, dont certaines s’élèvent à 130k$ l’année… Attention toutefois à ne pas comparer le salaire brut australien et français tel quel, ici il n’y a pas vraiment de « charges patronales », la différence entre brut et net est donc bien plus élevée en Australie. Il faut aussi mettre le coût de la vie en perspective, bien plus élevé ici qu’en France.

Quant à moi, j’espère trouver un meilleur boulot plus tard, en tant que permanente et payé entre 40 et 50 k$ annuel, ce qui est tout à fait possible et le sera d’autant plus en étant résidente permanente. Le tout étant surtout de trouver un job intéressant et dans mes cordes !

En Australie, on ne parle bien sûr pas de CDD ou de CDI, mais de permanent full time/part time ou de casual. Etre casual (comme moi) signifie que vous êtes une main d’œuvre plus flexible, en général mieux payé qu’un permanent, et que vous n’avez pas droit à des vacances. Comme par exemple un intérimaire en France. Sinon, être permanent est l’équivalent du CDI (sauf que le licenciement est plus facile !).

Retraite

Ici, le système de retraite est bien différent de la France, puisqu’on cotise chacun pour notre propre retraite, il n’y a pas de caisse commune. Si bien que lorsque vous commencez un travail en Australie, vous ouvrez un compte en banque dit « Superannuation » sur lequel votre employeur versera 9,25 % de votre salaire (pris dans votre salaire ou en plus de votre salaire). Vous récupérez votre argent au moment de partir en retraite ou en quittant le pays si vous étiez résident temporaire. Tout le monde peut avoir un « Superannuation Account », même ces derniers.

Rythme des journées

A Melbourne, on travaille souvent de 9h à 17h, voire 18h. Les Australiens n’ont clairement pas envie de passer leur vie au boulot et sont plutôt du genre à ne pas trop se prendre la tête. Et puis 18h, c’est l’heure du dîner hein, faut pas déconner. A Paris, Pierre et moi avions bien du mal à quitter le boulot avant 19h, mais il y avait bien pire que nous. Ici cela peut arriver, mais pas tous les jours.

Au déjeuner, beaucoup d’Australiens mangent peu, du thon, du pain, éventuellement des fruits et le tour est joué, de préférence à déguster devant le bureau. Mais il y aussi ceux qui sortent se payer un burger, une pizza ou un plat asiatique avec les collègues tous les midis. A 10 – 15 dollars minimum par repas, ça fait quand même un budget. Peu amènent leur popote, comme Pierre et moi le font, et il faut oublier la cantine !

Par contre, notamment à Melbourne, la pause café est très importante. En France on va simplement se servir au distributeur ou à la machine à café toute bête de la salle de pause, mais ici pas question ! Il n’y a pas toujours de distributeur, et il faut absolument aller se chercher son grand café au lait dans son gobelet en plastique dans le café trendy du coin, moyennant 3,5 dollars au mieux. Parfois, les entreprises possèdent une belle machine à expresso digne des meilleurs cafés de la ville.

Conditions de travail

Quant à l’ambiance au travail, cela dépend bien sûr beaucoup des boîtes. La mienne est très internationale et pas franchement à l’image de toutes les boîtes ici. En résumé : on bosse, on se tait et il n’y a pas d’âme ni d’ambiance. Du côté de Pierre, c’est très différent. Son entreprise organise par exemple des pots quasiment tous les mois. Les chefs arrosent les employés jusqu’au bout de la nuit. A leurs frais. C’est une boîte typiquement australienne, où l’on est sérieux mais pas trop, où il faut être bon sans oublier de savoir déconner.

Du côté de la hiérarchie, il y a sûrement une relation plus directe et moins de sous chefs de chefs de chefs… En Australie, les gens ont une attitude positive et cela se retrouve dans le travail. On vous dira rarement que vous n’êtes pas bon mais plutôt le contraire. Ils hésitent beaucoup moins à vous féliciter pour votre travail. Ça vous est déjà arrivé en France, vous ?

Cependant, les relations entre collègues me semblent moins chaleureuses qu’en France, on reste beaucoup en surface et peu de gens se voient en dehors du travail. Les Australiens ont un côté très pudique et on n’entre pas comme ça dans la vie personnelle de quelqu’un, même si on le voit tous les jours.

Bien sûr, tout cela se base sur notre expérience, peut-être est-ce différent d’une entreprise et d’une personne à une autre. Et vous, quel regard avez-vous sur le travail en Australie ?

Partager

À propos de l’auteur

Fondatrice du site Tour du Blog et rédactrice principale, je partage avec vous ma passion des voyages à travers nos carnets de route et autres astuces.
Si cet article vous a plu, retrouvez tous mes posts par ici : A propos d'Adèle

7 commentaires

  1. Chouette article. Je suis moi-même à Melbourne depuis un mois et à part un job en casual dans une agence de catering (vive le Spring Racing Carnival), je ne trouve aucun job full time.

    Dans quel domaine toi et Pierre travaillez-vous? L’un ou l’autre filon à partager?

    Merci 🙂

    • Salut Johan, merci pour ton commentaire. On est installés à Melbourne sur le long terme, Pierre est ingénieur sécurité/réseaux et moi journaliste freelance. J’ai aussi un boulot de bureau à mi-temps. Désolée, je n’ai pas de plan particulier ! Tu cherches dans quoi ?

  2. Pingback : Voyage | Pearltrees

  3. Hellooo,

    Remember me? Canberra puis Adélaide 😉 ahah

    Très bon article comme toujours! La patte du professionnel a parlé 🙂 Je vois que la vie à Melbourne se passe bien. C’est cool je suis content pour vous.
    Perso je suis sur Darwin. J’ai dû reprendre les études pour rester en Australie et proche de ma copine. Je bosse à mi-temps dans une station service BP, et ils aimeraient me sponsoriser pour un poste d’assistant manager. A voir ce que le futur me réserve 🙂
    La bise à vous deux! Si je viens faire un tour sur Melbourne,je vous ferai signe

    • Hey ! Salut Fabuloz 🙂
      On pensait à toi récemment, on se demandait si tu étais toujours dans le coin… C’est super comment les choses ont tourné pour toi. Ca te plait la vie à Darwin ? Ca fait un moment que tu es avec ta copine maintenant, tu ne pourrais pas faire un de facto visa plutôt qu’un sponsorship ?
      Oui si tu passes à Melbourne, faut venir nous voir 🙂 Nous ca va bien en effet, résidents permanents depuis 5 mois, et moi je fais enfin un taf qui me plait !
      Contents d’avoir de tes news en tout cas ! A+

  4. Pingback : Australie, premières impressions - Make My Trip | Make My Trip

  5. Bonjour,
    Sympa votre article. J’ai un ami qui a été s’établir en Australie. Il me dit qu’il est mieux rémunéré qu’en France. Par contre, c’est vrai que le coût de la vie est plus important.

Laissez un commentaire